Orientation professionnelle : quels choix utiles et justes pour les jeunes ?

Construire sa vie

À l’aide de mon expérience scolaire et de celle de mon jeune frère Dorian, j’aborde dans cet article les thématiques liées aux choix scolaires et à l’orientation professionnelle des jeunes. Comment accompagner un adolescent ou un jeune adulte en insertion professionnelle ? Quelle posture adopter en tant que parent ? Que faire s’il choisit d’arrêter l’école ? Comment être sûr qu’il construit sa vie ?

Accompagner l’orientation et l’insertion professionnelle

Quand on est accompagnant(e), de manière professionnelle mais aussi tout simplement quand on est humain, parent, maman, papa, on a envie de voir briller les yeux de nos enfants et des gens qui nous sont proches aussi. Ce qu’on souhaite pour les gens qu’on aime, c’est de voir leur âme s’allumer quand ils se lèvent le matin. Mais pour ça, il nous faut sortir du rôle de Sauveur ou de Bourreau, autrement l’autre restera une victime ad vitam aeternam… Et ce qui est juste et utile, c’est qu’il soit créateur et responsable de sa vie.

J’ai été expatriée pendant 6 ans sans trop donner de nouvelles à mes proches, ma famille ou mes amis, et en particulier mon frère Dorian. Je ne suis pas très téléphone bizarrement (ou pas). Pour moi, garder le lien prend d’autres formes. Je suis pleinement dans ma vie pour être pleinement là pour les autres quand j’y suis invitée. Et en fait, mon frère m’a sollicitée à 2 reprises : la première fois parce qu’il était curieux de découvrir la Communication Quantique®️, la deuxième fois pour l’aider à revoir avec lui son CV et sa lettre de motivation. Mais à ce moment-là, l’invitation n’était pas encore juste pour le Projector en Human Design que je suis. Pourquoi ?

Mon frère Dorian – 18 ans

Parce-qu’il ne s’autorisait pas (encore) à vivre ses rêves. Il pensait (parce-que c’est ce qu’on nous apprend) que “construire sa vie” était la priorité et la condition sine qua none pour pouvoir réaliser ses aspirations !
Mais rendez-vous compte de l’absurdité de ce conditionnement. Comment les adolescents, étudiants et jeunes adultes peuvent-ils être motivés pour faire quelque chose qui, potentiellement, s’ils réussissent et travaillent trèèès dur et longtemps (plusieurs années d’études idéalement), alors, peut-être, éventuellement, avec de la chance, si tout se passe bien, s’ils s’en donnent les moyens (etc. vous m’avez comprise), ils pourront enfin s’atteler à vivre leurs rêves ?!

Moi perso, je lâche l’affaire diiiiirect !! Alors quoi ? J’entends le parent en toi qui se contracte : “Donc on les laisse passer leur journée devant les jeux vidéos ou la télé, à sécher les cours ou choisir de voir leurs amis jour et nuit ? Comment se positionner en tant que parents d’adolescents ? Comment créer le lien juste pour accompagner son enfant à se réaliser ?

D’une part, il est intéressant de comprendre qu’un adolescent ou un jeune adulte a besoin de remettre en question tout le socle de son éducation et des schémas familiaux et sociaux connus pour trouver sa propre identité. Donc ce n’est pas toujours vers les parents qu’ils se tournent en premier puisqu’ils cherchent à confronter différents schémas et réalités extérieures à leur système actuel pour les expérimenter et en tirer leurs propres conclusions.

D’autre part, il s’agit pour nous en tant que parent ou accompagnant de sortir du triangle de Karpman (Bourreau/Sauveur/Victime) pour redonner son pouvoir et sa responsabilité à l’autre. Il s’agit de laisser au jeune l’espace et le temps de trouver sa propre identité à travers l’expérience qu’il choisit de se créer pour découvrir qui il est vraiment.

Changer régulièrement de métier ou d’orientation professionnelle

J’adorais passer des heures au CIO (Centre d’Information et d’Orientation) de mon lycée. Parce que ça me passionnait de prendre connaissance de toutes les possibilités que j’avais de découvrir des métiers passionnants. Evidemment, j’avais aussi beaucoup de mal à choisir ! J’avais pas envie de rentrer dans les cases, j’avais envie de créer mon job et mon cursus sur-mesure sans jamais fermer les possibles. C’est ça, ce qui m’angoissait le plus, et c’est aussi la pression qu’on nous met, c’était de prendre le risque de “se fermer des portes”. Bien souvent, on est incapable d’avoir un projet professionnel défini au sens où on nous le demande aujourd’hui…

“Qu’est-ce que tu veux faire dans 1 an, 3 ans, 10 ans ?! Avec qui tu veux être, comment tu veux travailler ? Où tu veux vivre ?”.
Mais quelle pression !!! Elle est où la liberté de vivre l’expérience pour l’expérience ?!

J’aurais tellement aimé connaître le Design Humain et la Communication Quantique®️ à ce moment-là pour m’aider à identifier mon potentiel, mes talents, ma spécificité et surtout ce que je pouvais en faire à l’instant T.
Et en même temps, certaines consultations de Synergie HD avec des jeunes lycéens viennent aussi confirmer très justement que, quelques fois, la ressource c’est juste d’être OK avec le fait que tu n’es pas capable de définir précisément ton projet MÊME en ayant identifié ton potentiel et tes talents parce que peut-être que c’est justement le fait d’expérimenter 10 métiers différents en 3 ans qui va te mener à la réalisation d’un projet !

J’en suis l’exemple même ! J’ai changé de baccalauréat en cours de route parce que – conditionnement extérieur : “le BAC Scientifique, ça va t’ouvrir plus de portes”. Franchement, j’en gerbé. Versus mon envie : “Je suis une touche-à-tout – ou une multi-potentiels si on veut créer des étiquettes et catégories supplémentaires – le BAC ES (Économique et Social), ça me parle bien. Il y a de tout de manière équilibrée, c’est ce qui me plaît”. J’ai adoré mon BAC ES que j’ai obtenu avec mention.

Même chose durant la période des études supérieures. J’avais envie de faire fac de psycho. On m’a dit : “c’est bouché, fais des sciences économiques”. J’ai même pas terminé mon semestre d’AES (Administration Économique et Sociale) à l’université. Ensuite, j’ai choisi d’effectuer un BTS (Brevet de Technicien Supérieur de niveau Bac+2) ESF // métiers du social. C’est un diplôme très complet avec des sciences, de la biologie, de l’alimentation théorique et pratique, de la psychologie/sociologie. Bref ! Je me suis éclatée et les stages professionnels m’ont permis d’identifier que je voulais accompagner mais pas comme ça. Ça manquait d’action et de marge de manoeuvre. Je n’étais pas libre d’accompagner comme je le souhaitais.

Du coup, j’ai bifurqué en École de Management / Gestion d’entreprise spécialité Ressources Humaines. Ah ! Ça bouge plus, c’est cool ! Mais je n’aime pas la façon dont on m’impose de travailler. Et en même temps, je suis passée par des fonctions Commerciale / Marketing / Recrutement / Assistanat dans différents secteurs métiers qui m’ont permis de recruter ces profils en sachant de quoi je parle.

Ensuite, j’expérimente le statut d’auto-entrepreneur Freelance en Rédaction Web Seo. J’ai déjà plus de liberté et dans des secteurs passion. Mais, très vite je me sens étriquée. Je veux lancer mes propres services. Si j’avais pas vécu tout ça, je n’aurais pas pu en tirer l’enseignement qui me permet de vous transmettre certaines ressources pour le vivre plus sereinement, avec moins de pression et surtout avec envie !

L’enthousiasme est le moteur le plus puissant qui existe pour te faire avancer ! Conclusion et ressources : faire ses choix avec envie et intuition, avec ou sans projet défini et Go with the flow, vis l’expérience pour l’expérience !

Orientation professionnelle

Il arrête l’école : bonne ou mauvaise nouvelle ?

Comme beaucoup d’enfants et d’adolescents, l’école a été pour mon frère comme une lente et interminable mort de son étincelle de vie. Il a choisi avec courage de sortir du système. Il a fait la démarche d’aller consulter une mission locale sur les conseils bienveillants de Maman. J’ai travaillé en Mission locale en stage de BTS Economie Sociale Familiale. Les personnes de ces structures font un travail remarquable, mais les ressources sont limitées et un suivi personnalisé et renforcé est impossible. De plus, et si l’expérience qui lui est utile de vivre ne réside pas dans le champ des possibles que lui offre la mission locale ?

Il rêve de partir à l’étranger.

Son instinct sait que c’est l’expérience que choisit sa conscience profonde pour se créer la vie qui lui ressemble. Est-ce que cette expérience durera 1 mois, 3 mois, 3 ans ? Peu importe, c’est le fait de vivre l’expérience pour l’expérience qui va générer les opportunités et les synchronicités qui vont concourir à sa réalisation. Et aujourd’hui, parce qu’il s’est radicalement choisi, j’ai envie de créer la synchronicité qui peut lui permettre, s’il le choisit, à lui comme à tous les jeunes désireux de concrétiser leurs rêves, d’être accompagné dans la réalisation de son projet de manière individualisée à travers Dream Booster.

Dream Booster est un accompagnement qui démarre par une consultation Synergie HD d’1h30 pour identifier sa nature innée et ses potentiels à travers son Design Humain pour en tirer l’information utile et juste grâce à la Communication Quantique®️ et la Systémie Quantique®. Ensuite, nous construisons ensemble, et en prenant en compte les membres de son système (familial et professionnel) en fonction du rythme et des besoins du jeune accompagné, un plan d’actions avec suivi régulier sur plusieurs séances pour vivre ses choix scolaires et son orientation professionnelle sans pression, être accompagné(e) dans une éventuelle recherche d’emploi, rédiger et optimiser son CV et ses lettres de motivation et matérialiser ses projets.

Et j’ai envie de conclure par : Just do it – Passe à l’action ! Pour toi, et avec les autres 🙂
Sandra.

  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :